Menu Fermer

Atelier d’écriture sur la toile : Proposition 1


Détails de l'événement


Atelier « Echo-écriture », récits pour une planète commune

Proposition 1 : Porter attention, regarder, écouter, se laisser surprendre

Dans la présentation de son essai Le détail du monde, l’art perdu de la description de la nature Romain Bertrand nous rappelle que nous avons perdu les mots pour décrire le monde. Les paroles nous manquent pour transmettre les paysages, les animaux, les insectes et la flore et, en perdant cette possibilité d’expression, nous avons perdu la capacité de porter attention, une attention équitable à ce qui nous entoure.

Pourtant, il est tout à fait possible de retrouver cette attention, de rechercher les expressions, les rythmes, les phrases qui permettront de la partager. C’est ce que montre Vinciane Despret (texte à télécharger) lorsqu’elle cherche à transmettre son expérience des oiseaux.

Ainsi, lorsque l’on découvre son texte, on est frappé par ce lien qui se met peu à peu en place, cette histoire, qui petit à petit nous rapproche, par l’expérience du personnage, d’un de ces « détails du monde ». Grace à son texte, nous vivons la rencontre avec un merle, une rencontre qui peut appartenir au quotidien mais qui, la plupart du temps, reste secondaire.

Proposition d’écriture :

Étape 1 : observer, porter attention, chercher.

Ce sera donc ce que je vous proposerai de faire : nous raconter un de ces éléments auxquels nous portons généralement peu attention et en faire découvrir l’importance au lecteur.

Dans les exemples que je vous ai donnés, il s’agit avant tout de nature et d’environnement, mais vous pouvez tout à fait choisir de parler d’autres choses (vie quotidienne, relations humaines, vie en ville…) tant qu’il s’agit de parler d’un élément qui vous touche et qui pourtant passe souvent pour secondaire.

Je vous invite donc tout d’abord à réfléchir quelques minutes à cet élément, instant de vécu, point de vue, échange… (ou même à profiter de ce temps de sortie auquel nous avons encore droit pour observer et chercher dans ce qui vous entoure). Ensuite, sous forme de notes, écrivez tous les détails, les éléments concrets mais aussi vos sensations, impressions, réactions. Qu’est-ce qui vous a attiré ? Qu’avez-vous perçu de ce qui existait ? Qu’est-ce que cela a produit en vous, qu’est-ce que vous avez envie de transmettre ? Notez tout ce qui vous passe par la tête, ce qui vous semble important, comme ce qui pourrait être secondaire.

Étape 2 : Raconter.

Comment mettre en scène et raconter, comment transmettre votre regard sur ce moment que vous avez pu observer ? Ce sera le défi de cet atelier.

Si l’on revient au texte de Vinciane Despret, on peut remarquer deux choses importantes : tout d’abord la poésie du texte vient du choix des détails et de la force de suggestion qui en découle. L’auteure ne nous décrit pas tout, mais elle transmet juste les éléments qui nous font sentir et vivre avec elle l’écoute du merle.

Et c’est là que réside aussi le deuxième élément important, l’histoire du merle ne nous est pas transmise directement, dans une description objective. Elle arrive au lecteur par l’intermédiaire du narrateur qui invite le lecteur à vivre les choses à travers sa subjectivité, son émotion et l’importance qu’il est capable de lui donner. Grace à la narratrice nous découvrons que le chant du merle, « un signe de victoire sur l’hiver », peut aussi être une parole « en tension de beauté » et avec elle nous entendons le silence, ce silence qui retenait son souffle « pour s’accorder au chant ».

Donc, ce que je vous propose c’est de raconter par l’intermédiaire d’un personnage narrateur (vous même ou un personnage que vous inventez et qui raconte en première personne) cette rencontre avec votre détail du monde, d’en faire une histoire de façon à captiver le lecteur et l’amener à regarder autrement, plus attentivement, ce qui l’entoure.

Environ 30 minutes d’écriture, 1 500 à 2 500 signes.

Envoyer votre texte à Malie (lechangeoirdecritureATgmail.com).

Les 10 premiers bénéficieront des conseils de Malie. Merci de préciser également dans votre mail si vous autorisez le Collectif Job à publier votre texte sur le site.